220. L’oreiller de la belle Aurore – France

17 Déc

Recette originale de Brillat-Savarin:

Ayez une noix de veau, deux perdreaux roux, le râble d’un lièvre, un poulet, un canard, une demi-livre de filet de porc et deux ris de veau blanchis.

Divisez ces viandes en filets de trois ou quatre centimètres de largeur, enlevez la peau dont elles sont recouvertes et les faites mariner pendant au moins douze heures dans de l’huile d’olive, trois verres de vinaigre de vin blanc; ajoutez deux ou trois oignons coupés en rondelles, un bouquet de thym, du sel et du poivre.

Préparez deux farces. La première faite de viandes maigres de veau et de porc, de lard gras, de jambon. La seconde composée des foies du poulet et du canard et de ceux de perdreaux, de moelle de boeuf, de champignons et de truffes noires.

Tous ces divers éléments dont la quantité doit être en rapport avec la dimension du pâté, seront hachés menu. A chacune des farces séparées on mêlera un œuf et une ou deux cuillères de panade (c’est-à-dire de la mie de pain cuite dans du bouillon de bœuf et réduite en pâte lisse).

Mettez dans une terrine environ deux livres de farine, du sel fin, trois blancs d’œufs, une cuillerée de beurre, un petit verre de fine champagne et pétrissez le tout en y mêlant un peu d’eau tiède.

Cette pâte étant devenue homogène, lisse et consistante, la placer sur une planche à pâtisserie enfarinée. Séchez la pâte, frappez-la avec le rouleau, repliez- la et étendez-la de nouveau… plusieurs fois !

En termes techniques, la pâte prend du corps: c’est-à-dire qu’elle perd son élasticité, devient dure, résiste et ne peut plus être amincie; il faut alors suspendre le travail et attendre dix minutes. Recommencez à frapper la pâte, à l’étendre et à la replier et ainsi de suite jusqu’à ce que l’air, s’échappant des petites bulles qui se forment, la fasse éclater.

Laissez reposer la pâte pendant une demi-heure.

Ayez deux livres de beurre frais, lavé, pressé, égoutté. (pétrissez-le, s’il est dur, pour le rendre plus maniable). Réservez le tiers de ce beurre pour l’intérieur du pâté, prenez la moitié des deux autres tiers et écrasez-le sur toute la surface de la pâte étendue et élargie en nappe mince. Cela fait, repliez-la en deux parties dans le sens de sa longueur et de la même manière dans le sens de sa largeur : étendez-la de nouveau et ajoutez la seconde moitié du beurre en procédant comme vous l’avez fait une première fois et en ayant soin, avant chaque opération, de saupoudrer la planche de farine.

Étendez et repliez la pâte deux fois et divisez-la en deux parties égales, l’une devant servir pour le fond du pâté et l’autre pour la couverture.

Sur une tablette de tôle saupoudrée de farine, élargissez une des deux parties de la pâte en lui donnant une épaisseur d’un centimètre et demi et la forme d’un carré dont les côtés auront une longueur calculée d’après la quantité de viande à employer.

Disposez sur dix ou douze rangs, et tous dans le sens de la longueur, des filets de vos viandes en laissant déborder sur les quatre côtés une bande de pâte d’environ sept à huit centimètres de largeur pour former l’ourlet. Entre les filets, placez des morceaux de truffes noires pelées, des pistaches blanchies et quelques étroites lames de jambon à chair rose.

Couvrez ces viandes d’une légère couche de la première farce, c’est-à-dire de celle contenant du veau et du porc. Recommencez à former de nouveaux rangs de filets de viandes, les entremêlant de ris de veau coupés en rouelles, ajoutez des truffes noires et des pistaches, mais ne mettez pas de jambon; terminez par une couverture de la seconde farce composée de foies et de truffes noires. Disposez alors de tous côtés des morceaux du beurre mis en réserve.

Etendez en forme de carré semblable au premier la seconde partie de la pâte et placez-la sur les viandes pour les recouvrir. Retranchez une portion de cette pâte les dépassant (de manière à ce que celle formant le plancher déborde toujours) et, à l’aide d’un pinceau, humectez cette partie d’un peu d’eau froide.

Faites adhérer sur le plancher la lande de pâte du plafond dépassant les viandes et, pour fortifier, placez sur la soudure un liseré de pâte qui sera en quelque sorte la dentelle de l’oreiller.

Relevez en torsade le restant de la pâte du plancher en dehors du liseré. Dorez la pièce en vous servant d’une plume de poulet trempée dans deux jaunes d’œufs délayés dans de l’eau froide.

Pratiquez sur le pâté cinq ouvertures rondes, une au centre et une près de chacun des quatre angles; garnissez de la moitié d’une carte de visite roulée enferme de tube.

Le pâté doit être monté peu de temps avant d’être mis au four et la cuisson sera de deux heures.

Attaquez la pièce le lendemain du jour où elle a été cuite.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :